Le 2 août dernier, plus d’une vingtaine de personnes ont assisté à une conférence de Xavier Bailly, alors administrateur de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel et du Château de Carrouges au Centre des Monuments Nationaux, organisée dans le cadre de l’exposition “Chemins de Compostelle, patrimoine de l’humanité”. Dans la salle du château de Neuvy Saint-Sépulchre, ces passionnés de culture, d’histoire et de patrimoine ont découvert l’histoire du monument le plus visité par les touristes en France hors Paris, “Le Mont-Saint-Michel, Patrimoine Mondial, Patrimoine pour tous”.

Un rocher, mille vies

Est-il normand, est-il breton ? Depuis 1979 et son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est officiel : le Mont Saint-Michel appartient à l’humanité toute entière. Et cela pour plusieurs raisons. Comme Xavier Bailly l’explique, c’est toute l’histoire du bien qui reflète la diversité des cultures dont on retrouve l’empreinte le long de la silhouette escarpée trônant au coeur de sa baie, aujourd’hui connue par tous. 

Soufflée dans un songe par l’ange saint Michel à l’archevêque Aubert qui en posa les fondations, l’aventure du Mont Saint Michel nous emmène jusqu’aux prouesses techniques du tout récent pont suspendu qui relie le rocher au continent. Sur sa route, pèlerins du Moyen Âge et quelques millions de visiteurs venus du monde entier aujourd’hui mêlent leurs pas de tous âges et de tous lieux pour gravir les marches jusqu’à l’Abbaye Saint-Michel. Comme un symbole de cette ouverture au monde, une chorale d’enfant y a fait résonné des chants traditionnels pygmées, entourés d’une forêt équatoriale projetée pour l’occasion sur les pierres de la crypte des Gros Piliers.

Transmettre l'authenticité du patrimoine

C’est à double titre que le Mont Saint Michel est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. D’abord, pour l’ensemble du rocher et de sa baie, à titre individuel. Et pour une partie de ce bien également, il y est également inscrit au titre des Chemins de Compostelle en France, tout comme 71 autres monuments et chemins répartis sur tout le pays, dont la basilique de Neuvy Saint Sépulchre. 

Double lieu de pèlerinage, le Mont Saint-Michel traverse siècles et marées grâce aux différents savoir-faire des artisans du bâtiment, notamment les compagnons, qui ont évolué au fil du temps. Hommes et femmes de divers métiers ont rivalisé d’ingéniosité pour restaurer ce joyau du patrimoine français, comme lors de la restauration du cloître qui a entre autres permis de faire reluire les onze colonnes du XIIIe siècle qui ornent la cour centrale.

D'autres biens exposés autour du Val de Bouzanne

Les composantes du bien “Chemins de Saint Jacques de Compostelle en France”, dont le Mont Saint-Michel et la Basilique Saint-Etienne de Neuvy Saint-Sépulchre, ont été exposées sur des photos grand format autour du Val de Bouzanne. Ces clichés on fait découvrir lieux d’accueil et de soins, paysages et monuments qui jalonnent le “chemin des étoiles” dans 15 villes et villages du Pays de George Sand. Un guide de l’exposition est distribué gratuitement en mairie et à l’office de Tourisme du Pays de George Sand.

Une nouvelle vidéo !

Cette fois-ci, c’est My Loire Valley qui est venu poser son regard sur la basilique Saint Etienne de Neuvy Saint Sépulchre. Découvrez le résultat en vidéo.

Plus d’informations sur les Chemins de Compostelle en France, patrimoine mondial de l’UNESCO

Plus d’informations sur la basilique Saint Etienne de Neuvy Saint Sépulchre